La cueillette sur Pluton

 

 

 

Lentement, s’enlaidit et se meure un paysage incertain,

La cueillette sur Pluton se termine,

Il ne reste plus rien, la terre est devenue aride sous les pas des vestales

En cadence et d’un pas rythmé, elles emballent les trésors que la nature a bien voulu leur offrir

Des baies sauvages

Des citronnelles

Des étoiles d’anis

Du fenouil ambré

Du blé d’or

Et du lait d’ânesse

La cueillette était bonne, la cérémonie débute au son des cithares et des chants

Alors dans sa mousseline en diable rehaussée de pierres précieuses, Déméter apparût

Idéale et vénale, elle prit une jarre et la porta sur ses épaules pour clore la récolte

Dieu apparût à son tour, avec son air goguenard, les vestales s’agenouillèrent la tête baissée

Il s’amusa de leur réaction ; il aimait à provoquer ces créatures

Il s’avança devant la femme idéale, lui prit la jarre des mains

Elle ne s’en offusqua point

Au contraire elle le toisait

Je vous couvrirai d’or lui lança-t-il

Je m’en débarrasserai répondit-elle

Je vous ferai reine

Vous serez à moi

Elle soupira : mais je suis déesse mon ami et la reine est ma soubrette

Et Pluton est mon divin royaume, la récolte est terminée, revenez l’année prochaine, tout à coup sous une lumière idéale elle disparût suivie de ses fidèles laissant le divin homme à sa rancune.

 

©Bouchra Abdelkahhar