La poésie est un sport de combat et c’est peu de le dire

 

C’est peu de le griffonner
C’est peu de l’affirmer
C’est peu d’en user
C’est peu d’argumenter
C’est peu de le marmonner
C’est peu de le crier
Haut et fort
Avec un sémaphore
Ça marche aussi
Dans les talus
Il y a des pissenlits
Je n’aime pas les pisse-froids
Je déteste les anchois
Le mot succinct
Les calambours qui tombent à l’eau
Les beaux parleurs
Les rhéteurs
Les affirmations inutiles
Les glissements sémantiques
Et surtout
Je déteste les poètes
Et c’est peu de le dire

©Bouchra Abdelkahhar

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s