La poésie est un sport de combat qui malheureusement ne vaut pas toujours le coup

 

Quand le temps s’arrête sur des riens
Quand l’horloge fait son tic-tac
Quand la pluie tombe averse
Quand la neige recouvre les boulevards
Quand la mer est bleue
Quand la boulangerie n’a plus de pain bien cuit
Quand le restaurant ne sert plus à 15h
Quand le frigo est vide
Quand mes poches sont pleines
Pleines de souvenirs futiles
Quand je ferai claquer mes talons sous les quolibets
Les quolibets de ces messieurs polissés
Quand mes doigts se dérobent sur les touches blanches du piano
Et que du coup j’ai envie de tout casser
Quand je pense à lui, quand il s’impose
Alors là je me dis que ça ne vaut vraiment pas la peine
La peine de se mettre la rate au court-bouillon !

©Bouchra Abdelkahhar
09/06/17

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s